mercredi 2 octobre 2013

Sur le chemin de l'école, une belle leçon de vie

 
 
Ce documentaire est une magnifique leçon de vie. Qui pourrait sembler à certains un peu moralisateur mais qui pour moi propage de vraies valeurs. Des valeurs qu'il ne pourrait qu'être bénéfique d'inculquer à notre jeunesse pour qui l'école est un calvaire, pour qui le respect de l'enseignant et de l'enseignement ne signifient plus grand chose.

Quel bonheur de voir cette poignée d'enfants, issus des 4 coins de la terre, considérer l'éducation comme un cadeau...Ce sont des kilomètres, des conditions extrêmes qu'il leur faut parcourir chaque jour pour accéder à leurs écoles. Mais pas un ne faillit, pas un ne renonce.

Jackson et sa petite sœur, originaires du Kenya se lèvent à 5h30 et font chaque matin (et donc chaque soir) 15 kms à travers la savane. Ils bravent bien des dangers, doivent contourner des troupeaux d'éléphants et éviter les bêtes sauvages. Mais pour l'honneur que représente le fait de hisser le drapeau avant l'entrée en classe, rien ne les arrête. On lit une détermination, on aperçoit des étoiles dans leurs regards quand il s'agit d'aller à l'école.

Zahira quant à elle, vit dans les hauteurs de l'Atlas. Pas moins de 22kms sont à parcourir tous les lundis pour se rendre en classe. Rien ne les arrête, elle et ses copines. Elles sont même obligées de compter sur les rares voitures qui passent pour faire les derniers kilomètres. J'avoue quand même que la petite nénette qui marche dans les montagnes avec ses ballerines elle n'est pas très maligne. Zahira démarche également tous les villages alentours pour inciter les jeunes à ne pas négliger leur éducation. C'est dire si cela compte pour elle!

En Patagonie, Carlos et sa petite sœur ont un peu plus de chance parce qu'ils voyagent à cheval. Mais vus les chemins escarpés qu'ils empruntent, on ne les envie pas tant que çà. 18 kilomètres chaque matin dans l'espoir de devenir vétérinaire.

Et pour finir, le plus touchant de tous, le petit Samuel qui rêve de devenir docteur pour soigner les enfants comme lui. Lui qui ne se déplace qu'à l'aide d'un fauteuil roulant de fortune. Lui si angoissé chaque matin de ne pas arriver à temps. Lui qui a des petits frères exceptionnels qui chaque jour le tirent sur 4 kilomètres pour qu'il ait les mêmes chances qu'eux. Et autant vous dire qu'en Inde, les routes ne sont pas idéales pour un fauteuil déglingué.

Ce que je retiens de ce documentaire ce sont les sourires vrais de ces enfants, ce bonheur non simulé de se rendre à l'école, le courage et la détermination dont ils font preuve pour y parvenir. Et également à quel point les traditions et la religion ont un sens fort dans ces pays et pour ces familles.

Au travers de paysages certes somptueux mais excessivement dangereux, le réalisateur nous offre une vision authentique mais pas voyeuriste du quotidien de ces enfants, sans toutefois s'axer sur leurs histoires mais simplement sur les conditions qu'ils sont prêts à affronter pour accéder à la culture. Il est vraiment triste qu'à l'heure actuelle les occidentaux ne se rendent pas compte de la chance qu'ils ont d'avoir cette facilité et ce confort face à l'éducation. 
 
Ce documentaire m'a profondément ému et m'a réchauffé le cœur. Merci à Pascal Plisson pour ces images qui se passent de mots. Tout se lit sur les visages et c'est une vraie merveille...
 
 

4 commentaires:

  1. C'est vrai ce que tu dis, ça reste un très beau docu ( un peu scénarisé) , très émouvant. Comme toi j'ai été ému par Samuel, mais tellement .. !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que c est le montage qui est bien fait et qui peut donner la sensation d'un scénario. Un peu comme dans Rendez vous en terre inconnue. Je ne sais pas si tu as vu le Premier cri mais on a cette impression et pourtant étant donné que ce sont des accouchements j imagine qu'il doit y avoir un minimum d'impro :)

      Supprimer
  2. c est un tres bon documentaire a voir et a revoir

    RépondreSupprimer

Laissez une trace de votre passage...