dimanche 24 novembre 2013

Rome en un jour de Maria Pourchet

 
 
Quand il y a quelques mois j'ai entendu parler des Matchs de la rentrée littéraire 2013 organisés par Price Minister , j'ai immédiatement sauté sur l'occasion de découvrir et, je l'espérais, de dévorer un nouveau roman. Faire un choix parmi pléthore de livres proposés n'a pas été chose facile, pourtant la simple évocation de Rome a suffi à éveiller ma curiosité.
 
Me voilà donc plongée dans le second roman de Maria Pourchet. Une plongée en eaux troubles à vrai dire. L'éditeur nous promet du rire à chaque page et pourtant je n'ai pas esquissé l'ombre d'un sourire. J'ai donc à priori été totalement hermétique à l'humour de l'auteur. Premier drame...
 
Le roman traite d'un anniversaire surprise qui ne va pas se passer comme l'espéraient et l'organisatrice et la poignée d'invités. Invités qui attendent un chapitre sur 2, qui s'ennuient, médisent, imaginent ou encore cherchent à attirer sur eux regards et attentions. Des invités tellement caricaturaux qu'ils m'ont perdu en chemin. En effet, pas un ne parvint à éveiller la moindre sympathie... Ils sont aigris, timides, égocentriques et l'auteure s'enlise souvent dans des détails dénués d'intérêt. J'en arrive donc à mon second drame puisqu'un chapitre sur 2, mine de rien, çà vous gâche la moitié d'un livre :)
 
J'aspirais donc à ce que la seconde moitié, consacrée au couple qui s'effrite, fasse un pied de nez à ce petit fiasco mais malheureusement, cela fût loin d'être le cas. Maria Pourchet s'attarde sur un couple de 10 ans d'âge qui choisit cette soirée un peu spéciale pour régler de profonds différents d'une manière quelque peu grinçante. Il y a pour moi beaucoup de superflu (chez les invités comme chez le couple), une succession de descriptions qui n'apporte absolument rien à l'intrigue. D'ailleurs, pour être honnête, d'intrigue il n'y a pas. C'est assez creux à tendance terne. Ils s'affrontent à coups de remarques acerbes et de gruyère râpé mais n'ayant pas pu au préalable nous attacher à Paul et Marguerite, il est difficile d'avoir de l'empathie à leur égard et on a presqu'envie de les laisser se dépatouiller avec leurs soucis conjugaux.
 
Ajouté à ce chapelet de drames, une écriture qui ne m'a pas semblé à la portée de tous, encombrée d'un style un peu enrobé et qui n'aide pas à se captiver pour l'histoire qui semble ne jamais devoir démarrer.
 
La conclusion aurait pu sauver ce "Rome en un jour" si elle avait été décapante, surprenante ou un minimum originale. Mais au lieu de cela, elle semble bâclée et tombe un peu comme un cheveu sur la soupe. On sort de cette lecture un peu désappointé, cherchant un sens à ce naufrage...
 
Je suis allée jusqu'au bout du roman parce que ma conscience "professionnelle" m'y a contrainte mais si ce livre était tombé par hasard entre mes mains, je l'aurai, sans nulle hésitation et sans un soupçon de remords, abandonné en cours de route (ce qui m'arrive rarement).
 
De Rome, il n'y a donc qu'une furtive évocation, une escapade rapidement survolée. Déception donc pour moi qui m'attendais à voyager un tantinet. Le livre ne tient pas les promesses que son titre et la quatrième de couverture nous murmuraient... Je lirai malgré tout le premier roman de cette auteure lorraine qui avait reçu une salve de compliments et de jolies critiques lors de sa sortie.
 
Note: 5/20
 

1 commentaire:

  1. j'ai mis un peu plus mais je n'ai pas aimé aussi Rome en un Jour

    RépondreSupprimer

Laissez une trace de votre passage...