dimanche 7 avril 2013

A la merveille, le film qui m'a réconcilié avec Terence Malick

 
 
Je sors rarement d'une salle de cinéma, j'essaie toujours tant bien que mal de m'accrocher au filet d'intrigue qui s'échappe d'un film. Mais j'ai le souvenir traumatisant d'un très long métrage qui m'avait donné l'impression d'être partie en enfer et qui m'avait fait fuir à toute jambe après 1heure de supplice. The tree of life, un de pires films de mon existence, même pas rattrappé par la présence de Brad Pitt!
 
J'avais vu la bande annonce d'A la merveille et je l'attendais avec impatience. Mais çà c'était avant de lire les critiques de la blogosphère. Dans la même veine que le fameux The tree of life. Au secours!!!
 
J'ai donc décidé de m'abstenir. Pas la motivation de supporter un nouveau calvaire. Le hasard a voulu que mon cinéma change sa programmation à la dernière minute et que seul ce film corresponde à mes horaires. J'ai pris une profonde inspiration et me suis apnéisée pour tenir le coup. Sauf qu'en fait, la poésie, l'esthétisme et la profondeur d'A la merveille m'ont hypnotisé. Certains ont néanmoins quitté la salle avant la fin ce que je peux comprendre tellement l'univers est particulier).
 
Toute la magie du film vient de l'image parfaitement travaillée par Terence Malick. Les acteurs qu'ils dirigent sont avares de paroles, les dialogues ne font pas légion hormi cette voix off qui égraine et conte l'histoire d'un couple qui voit le jour dans une passion sublimée par une Olga Kurylenko rayonnante et solaire et malgré un Ben Affleck un peu effacé en amoureux transi. S'ensuivent les dérives et questionnements qui jalonnent la vie de couple. Tout se joue dans l'attitude corporelle des acteurs, dans les mélodies qui les accompagnent et dans la théâtralité de la mise en scène.
 
Même si certaines scènes et certaines images m'ont semblé incongrues et inopportunes, même si la présence de Rachel McAdams et Javier Bardem parait superflue (et probablement trop mystique pour moi), je suis sortie sous le charme, presqu'étonnée de m'être laissée emporter par la poésie qui émane de ce film. Je suis donc officiellement réconciliée avec ce réalisateur complètement à part qu'est Terence Malick!
 
 

8 commentaires:

  1. Personnellement le personnage d'Olga m'a inssuporté au plus haut point, je l'ai trouvée un peu ( et encore je reste soft ) niaise, les films est, selon mes critères, un peu creux et c'est dommage parce que visuellement c'est magnifique !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi j ai aimé son ambivalence,le sombre et le lumineux du personnage!

      Supprimer
  2. J'ai eu le même sentiment que toi pour the tree of life, même si j'en ai aimé la beauté des images, mais pendant plus de trois heures, c'était trop.
    Et tu confirmes que celui-ci ne m'interesse pas ... Même si c'est poétique et visuellement superbe !

    RépondreSupprimer
  3. tiens tu as eveillé ma curiosité je ne m'étais pas penchée dessus
    http://www.melolimparfaite.com

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C est très très particulier quand meme :)

      Supprimer
  4. Je ne suis pas allée le voir parce que Malick soit j'adore soit je déteste et en ce moment je n'ai pas envie de m'endormir au cinéma ;) Ton enthousiasme me le fait tout de même mettre sur ma liste de "rattrapage DVD" :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J suis pas sûre que ça soit un film pour petit écran!mais j avais la Meme appréhension que toi et je ne regrette pas d' y être allée :)

      Supprimer

Laissez une trace de votre passage...